AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une longue marche jusqu'à... [Isurion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ciraxs / Rukainn
Elfe Déchu
avatar

Nombre de messages : 571
Age : 28
Date d'inscription : 21/01/2007

Caractéristiques
Caractère: Taciturnes / Froid, provocateur
Ennemis: Tout le monde / pareil.
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Une longue marche jusqu'à... [Isurion]   Lun 9 Avr - 18:38

Tout commença il y a plusieurs mois, je fus appelé dans l'Armée Conderée, pour tenir un post. J'avais déjà des connaissances au combat, je savais à quoi m'attendre en y entrant, c'est le Caporal Cassus qui m'y appela, il voulait que je devienne un de ses adéptes.

Ils ne devaient pas aimer les étrangers dans Alcearid, mais comme à mon habitude j'avançais sûr de moi, fièrement, la tête haute. Ils ne devaient pas savoir que c'était le Caporal lui même qui m'avait appelé, pour me proposer un post au sein de son Armée, quels ignorants.

J'arrivais au centre de la Ville principale, j'ouvrais la lettre où une petite carte m'indiquait où je devais me rendre pour rencontrer le Caporal Cassus, je relisais de nouveau le lettre.

Le Caporal Cassus vous convie à Alcearid,

Ayant entendu parler de vous dans les contrées avoisinantes et ayant besoin d'un homme de votre courage et de votre qualité, il aimerait vous rencontrer vous faire connaissance avec vous, de plus il a une fonction à vous confiez au sein de ses hommes.

Certes, une lettre courte mais qui me mettait en valeur, et j'aimais ça.

J'observais la carte et la croix qui indiquait où je devais me rendre, après une vingtaine de minutes je me trouvais enfin devant le batiment que j'avais longuement cherché. Deux gardes sur les côtés de la porte, têtes hautes, armés de lances. J'avançais. J'approchais la porte mais rapidement la route me fut barrée par les lances misent en croix devant la porte, l'un d'eux s'adressa sèchement à moi.

- Que viens-tu faire ici, étranger ?

<< C'est le Caporal Cassus qui m'a invité, il a dit qu'il avait à me parler. >>

Je tendais alors la lettre à celui qui m'avait parlé. Je le regardais du même air de supériorité qu'il m'infligeait, un petit sourire en coin. Il retira sa lance en me rendant la lettre, l'autre l'imita aussitôt.

Je poussais le locquet de la porte et entra, la chaleur était abondante à l'intérieur du batiment. Un tapis rouge et bleu se déplaçait à travers tous les couleurs, je m'aventurais alors à l'aveuglette, suivant tout simplement les gardes placés sur les côtés. Je me doutais qu'en les suivant, j'irai tout droit au bureau du Caporal Cassus. Arrivé devant l'ultime porte qui se dressait en face de moi, j'avançais, les deux gardes me barrèrent de nouveau l'ouverture de la porte de leurs lances. Je tendis de nouveau la lettre, beaucoup plus sèchement que la première fois, pour dorénavant affirmer mon caractère.

Le garde observa la lettre rapidement, il retira sa lance, l'autre l'imita, j'entrais.

Le Bureau du Caporal Cassus était plut$ot simple, de taille modeste, sans fenêtre, une étagère et un petit bureau. Le Caporale était un homme mince et grand, le visage dissimulé derrière un masque en céramique. Je le fixais froidement en attendant qu'il m'invite à m'asseoir, ce qu'il ne tarda pas à faire.

- Vous êtes venu rapidement, Isurion. Cela me fait plaisir, asseyez-vous.

<< Je ne peux pas faire attendre quelqu'un qui est aussi important et connu à travers Alcearid. >>

- Tant mieux alors, je vais être bref et précis. J'ai entendu parler de vos talents, je vous veux auprès de moi.

<< Auprès de vous ? Expliquez vous. >>

- Assassin, Rôdeur, Archer. Choisissez ce que vous voudrez, mais je vous veux à Alcearid.

Ce jour là je n'avais pas mis beaucoup de temps à choisir, le métier d'Assassin m'était tout tracé, c'est comme cela que je servis le Caporal Cassus, et j'étais un adèpte très fidèle.

J'étais aussi là lors des tensions entre le Caporal Cassus et le Général 222. Je me tenais en première ligne lors du détrônement de 222, j'avais le sourire, j'étais devenu le même que Cassus. Nous avions tissé des liens étroits, il avait confiance en moi, il savait qu'il pouvait compter sur moi quoi qu'il arrive. La lame en main, j'avais tué garde après garde, jusqu'au Général, et là j'avais observé le Caporal Cassus le ridiculiser, je riais.

Le Caporal Cassus était quelqu'un qui aimait imposer son pouvoir, son emprise. C'était aussi un véritable orateur, une personne qui s'affirmait, comme je m'affrimais également. Nous avions tous les deux beaucoup de points communs et c'est pour cela que je l'ai aimé dès la première fois que je l'ai vu.

J'avais aussi été présent, à la Bataille pour le Monarque d'Alcearid. C'est en ce temps que j'avais fais mes réelles preuves, j'avais revelé mon esprit intelligent et stratégique, j'avais fièrement combattu aux côtés de Cassus. J'avais participé à toutes les Batailles où Cassus se rendait, j'avais firèrement agis, jamais je n'avais regretté mes actes.

Un jour mes efforts furent recompensé, le Caporal Cassus, devenu Chancelier me convoqua dans son nouveau Bureau.

- Assied toi, Isurion. Nous nous connaissons maintenant, j'ai un post beaucoup plus interessant à te proposer.

<< Un post plus interessant ? C'est à dire ? >>

- C'est à dire que tu es mon nouveau Général des Armées.

Les deux hommes se sourirent l'un à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une longue marche jusqu'à... [Isurion]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baptême de Viviemoi
» Longue marche d'hiver (par bilbo le singe hobbit et son accolite Singeocho)
» La perte de PA, ça marche comment ?
» [Traité Frontalier] Limousin-et-Marche/ Bourbonnais-Auvergne
» [Je suis nouvelle] Gmail ne marche pas ? Est-ce normal ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde de Gathol :: Role Play :: Les Ruines de la ville :: Bibliothèque-
Sauter vers: