AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Avancer [Mei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ciraxs / Rukainn
Elfe Déchu
avatar

Nombre de messages : 571
Age : 28
Date d'inscription : 21/01/2007

Caractéristiques
Caractère: Taciturnes / Froid, provocateur
Ennemis: Tout le monde / pareil.
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Avancer [Mei]   Mer 14 Fév - 21:44

J'entends de la musique et des chants dehors. J'ai toujours aimé écouter les troubadours.
C'est incroyable le pouvoir que la musique exerce sur moi. Il n'y a qu'elle qui, jusqu'ici, a pu faire s'effondrer les barrières que je me suis progressivement construites.
En réalité elle ne les détruit pas vraiment mais arrive à passer au travers et à aller chercher et faire ressortir ce qu'elles cachent.
Elle m'enivre.
Finalement, quand je regarde tout ce que j'ai écrit auparavant, je me dis que cette plume fait peut-être de même, mais à un degré moindre.

Je connais la plupart des chants qui sont offert aux oreilles distraites des passants.
D'habitude il y en a toujours un qui raconte une histoire ressemblant à ce que je vis au moment où je l'entends. Mais à cet instant, je me rends compte que plus aucun ne correspond à ce que je suis en train de vivre, parce que c'est mon histoire… non, c'est notre histoire, et quoiqu'il arrive, elle le restera.
Et pourtant je ne la comprends pas.

Plus j'y pense et plus les battements de mon cœur s'accélèrent et s'amplifient, et me font de plus en plus mal.
A tel point que les larmes commencent à me brûler les yeux, à me brouiller la vue.

_________________________________________


Je reviens à mon point de départ : lever la tête et sourire.
J’avais peur de refaire la même erreur – parce que cela aurait voulu dire que je n’en aurais tiré aucune leçon – et c’est ce qui est arrivé apparemment.
Mais je ne m’en veux pas pour cela car ce n’est finalement pas parce que je n’ai rien appris.
En fait il semble que je n’avais pas compris.
Comment l’aurais-je pu ?
Moi qui crois que lorsque l’on aime vraiment, rien n’est impossible, que l’on peut tout supporter.
Moi qui crois qu’alors plus rien ne compte à part cette personne et que pour elle on est prêt(e) à tout.
Suis-je réellement stupide à ce point ?
Comment aurais-je pu comprendre qu’alors qu’il m’abandonnait, il m’aimait toujours ?
Comment puis-je le comprendre maintenant ? Je n’y arrive pas.

Voilà pourquoi je dis que le distance n’est qu’une excuse ; une excuse soit pour un mensonge, soit pour une peur.
Soit il me ment, soit il se ment, et alors il nous ment à tous les deux. En réalité il ne m’aime pas et c’est la raison pour laquelle la distance est plus forte.
Dans ce cas ma réflexion s’arrête ici.
Ou bien il a peur. Peur que ça ne marche pas ou peur que cette distance lui fasse du mal, comme à moi elle en a déjà fait.
Si c’est le cas alors pourquoi est-il revenu, sachant qu’il restera quand-même si loin et qu’il ne veut toujours pas surmonter cela ?

Et pourquoi est-ce que je me pose toutes ces questions ?
Je pensais pourtant avoir tout enterré.
Alors pourquoi je pleure, pourquoi je tremble ?

Pourquoi est-ce que ça recommence ?
Voilà la raison pour laquelle je me mets en colère : parce que je ne veux pas avouer cette douleur, je ne veux pas qu’il la voit.

Je ne veux pas que tu continues à me faire du mal, mais je ne veux pas que tu partes.
Parce que j’espère. Que je suis bête d’espérer encore !
Et je suis égoïste en plus. Qu’est-ce que j’espère ? Vouloir que tout soit comme avant revient à vouloir qu’il m’aime vraiment comme je le croyais, ce qui revient à souhaiter qu’il souffre de la distance.

Mais ce n’est pas ce que je veux, je ne veux pas qu’il souffre, je veux qu’il soit heureux…

C’est mal de ma part d’espérer, je le sais bien.
Pas seulement pour le mal que ça peut lui faire à lui mais aussi pour celui que ça pourra lui faire à elle…

Alors j’enterre tout à nouveau, et bien plus profondément cette fois. Là ou personne ne pourra aller voir. C’est la seule chose raisonnable à faire.
Puisque mon cœur doit faire souffrir pour avoir ce qu’il veut, puisqu’il est détestable, alors lui aussi je l’enterre.
Plus personne ne l’atteindra, plus personne ne doit l’atteindre. Je le cache et l’oublie sous une montagne de raisons.

Peut-être que je fuis, oui, mais je ne crois pas avoir la force de changer mon cœur et si j’essaye, je risque de faire trop de mal.

J’aime tant regarder la mer, ici, à Vesperae. C’est le seul endroit où il y ait un horizon.

_________________________________________


Je ne sais pas comment arrêter cette douleur.
Je t'aime. Pardon...
Tout enterrer, vite...
Anadria, aide-moi... Comme la dernière fois, viens à mon secours...
J'ai du mal à respirer, mon souffle se fait irrégulier. Maintenant je tremble, maintenant je pleure, et mes larmes viennent mourir sur ce papier ou tombent sur mes mains, me faisant sursauter et cesser d'écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Avancer [Mei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde de Gathol :: Role Play :: Les Ruines de la ville :: Bibliothèque-
Sauter vers: