AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mélopée. [Hanasei, Les*Nomades]

Aller en bas 
AuteurMessage
Narmac
Prince Déchu
avatar

Nombre de messages : 586
Date d'inscription : 29/11/2006

Caractéristiques
Caractère: Froid, cruel et sanguinaire.
Ennemis: L'Alliance Humaine
Points de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Mélopée. [Hanasei, Les*Nomades]   Sam 27 Jan - 14:10

Ces murmurs qui se rapprochent, ces ombres qui deviennent de plus en plus perceptibles, non tout cela n'est pas une hallucination, c'est bien réel.
Hanasei sombre toujours plus dans les méandres du mal du démon.
Autour d'elle plâne une aura morbide attirant les fantômes et les ombres. De toutes part des fumées noires l'enlacent, la menant toujours plus bas dans les limbes.

Plus rien n'est plus comme avant. Le mal du démon lui a donné une capacité étrange, une capacité troublante et effrayante. Les morts, elle les entend; parfois elle les voit. Ils chantent de longs requiems, répètent sans cesse les mêmes paroles. Ils revoient leur propre mort, encore et encore, comme prisonniers d'une horloge arrêtée. Hurlant leur désarroi à celui qui pourrait prêter une oreille attentive à leur fin. Une fin qui depuis tout ce temps a propablement dû être oubliée.

Le temps, Hanasei voudrait pouvoir l'arrêter. Le sablier de la vie s'écoule entre ses mains, et elle ne peut que regarder chaque grain de sable tomber. Les laisser s'écouler sans jamais pouvoir les retenir.
Il n'y a pas de moyen de revenir en arrière, il n'y a pas de moyen d'empêcher le temps de s'arrêter, et il n'y a pas de moyen d'aller plus vite.
Le temps, étrange jeu auquel Willanjis établi les règles
Lorsque tout va trop vite, elle voudrait tout cesser. Alors que tout est trop lent, elle voudrait que tout aille plus vite.

Trop exigeante ? Peut-être, oui...
Sa seule volonté, son seul but, serait de se libérer de ces chaines de fumées, de ne plus entendre ces morts, de ne plus les voir, de ne plus se lamenter.
Cette maladie qui causera sa perte, mais cette maladie qui l'apelle.

Dans les murmurs, parmi les voix, Hanasei perçoit une voix famillière.
Qui est-ce...? Qui la cherche ?
Cette voix est douce et affective.
Un mort n'aime pas, un mort ne ressent pas, alors pourquoi cette voix-ci est elle si triste ?
Malgré ses angoisses, Hanasei est comme attirée par elle. Envoutée par une chanson mélancolique et emplie de sanglot.

"Eternelle tu étais...
Plus que tout je t'aimais...
...Vina...
...pour toi...."

Ce chant lui parrait si lointain, bien au delà de la mer Mirène, sur le continent, le chant se poursuit. Mais Hanasei ne le perçoit pas. Elle aimerait tant le connaitre, tant l'entendre, ce chant envoutant...
Bercée par les échos de voix, Hanasei se laisse porter.
Les ombres l'enlancent encore, mais cela elle s'en moque bien. Ce qui compte désormais, c'est de savoir qui est-elle, pourquoi chante t'elle, pour qui...?
Sur le continent les paroles deviennent plus perceptibles, plus douces aussi.

"...Laisse moi mener ton coeur,
Traverser Lanjis et trouver la chaleur..."

Hanasei avance vers la forêt du sud. Le jour se fait nuit, Lanjis s'exprime joyeusement, peignant des paysages troublés par la neige qui tombe en abondance.
La jeune femme devient un point sombre au milieu de la pureté éphémère de la neige, une tâche d'encre sur une feuille vierge.
La ville de Gathol lui apparrait, vivante.
Hanasei reprenait ses esprits. Comme hypnotisée par le chant, elle en avait oublié la raison de son voyage.

Elle se trouvait maintenant au centre de Gathol. La nuit et Lanjis s'étaient alliés afin de régner sur la ville.
Le silence se troublait par des voix bien distinctes. Encore des fantômes...
Dans cette ville, cela ne semblait pas surprenant. Mais ces morts, Hanasei les voyait.
Elle les voyait se mouvoir, elle voyait leur visage rongé par la peur, la haine ou le maheur.
Les regards se tournaient vers elle, les expressions caricaturales ne changeait pas.
Les fantômes la regardèrent un instant, et détournèrent leur attention.

La chanson reprit.
Tout était plus clair maintenant...
Ce chant venait du cimetière, le cimetière de Gathol.
Une tombe...Au nom effacé par le lierre et le temps.
Pourquoi cette voix l'apelle ?
Comme obéissant à un ordre, Hanasei posa une main engourdie par le froid sur le marbre eneigé.
La chanson reprit, plus belle et plus apaisante que jamais.


Tristes bonheur amoureux,
Transports malheureux,
Mon amour m'a dépassé,
l'Ephémère a remplacé la réalité.

Eternelle tu étais,
Plus que tout je t'aimais,
Mon enfant au sourire de Vina,
Cette Mélopée est pour toi.

Abreuvée de son sourire,
Menée dans son empire,
Les démons m'ont endormie,
J'ai perdu la chaleur de son Esprit.

Eternelle tu étais,
Plus que tout je t'aimais,
Mon enfant au sourire de Vina,
Cette Mélopée est pour toi.

Laisse moi mener ton coeur,
Traverser Lanjis et trouver la chaleur,
Mon enfant soyons liées,
Pouvoir une dernière fois nous retrouver.

Eternelle tu étais,
Plus que tout je t'aimais,
Mon enfant au sourire de Vina,
Cette Mélopée est pour toi.

Donne moi ta main,
Non, ne pense pas à demain,
Viens dans mes bras,
Soulagée mon âme s'envolera.

Mon enfant au sourire de Vina,
Cette Mélopée était pour toi...


Un esprit traversé par la neige flottait face à Hanasei.
C'était elle...elle qui l'appelait. Une femme au regard mélancolique.
Ses yeux fixant le lointain, les mains jointes. Une aura grisâtre l'entourant, faisant danser sa robe au rythme de son chant.
La mélopée s'arrêtait; le fantôme baissa alors son regard.
Des larmes infini s'écoulant le long de ses joues blanches, elle esquissa un sourire.
Le plus doux des sourire.
L'âme apaisée de l'esprit blanc se dissipa lentement, alors qu'elle posait une main tendre sur la joue de Hana.

Hanasei resta un long moment penchée sur la tombe laissant la neige et le froid paralyser un peu plus son émotion. L'esprit troublé par sa tristesse et son soulagement,elle avait enfin pu apaiser l'esprit de sa mère.
Cette mère dont elle ne se souvenait plus de la voix, dont elle ne se souvenait plus de son sourire. Et pourtant, en cet instant précis, ces trois années de vie passées avec elle étaient plus présentes que le moment lui même.

Quelque part derrière la porte de la mort, elle l'attend. Lorsque Vanillius viendra la chercher, lorsqu'il lui ouvrira la porte. Hanasei répondra à son sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mélopée. [Hanasei, Les*Nomades]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherce à l'achat Les Dieux Nomades
» Scénario 2: Gardaya
» Questions Infinity
» wargames HF
» [CR] Batailles contre les Tribus Nomades

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde de Gathol :: Role Play :: Les Ruines de la ville :: Bibliothèque-
Sauter vers: